dimanche 6 avril 2014

L'Adversaire, l'histoire vraie d'un mensonge qui dura 20 ans !

de Emmanuel Carrère


Peut-être avez-vous vu le film du même nom, avec Daniel Auteuil ? Personnellement, l'adaptation ciné m'a laissée de marbre. Ennui, platitude, pauvreté des dialogues... Par ces silences, le réalisateur a certainement voulu nous montrer à quel point l'abîme de solitude et de non-dits dans lequel Jean-Claude Romand s'est emmuré pendant 20 ans était profond, mais à l'écran, je trouve que ça passe mal. Puis Marlène et Julien m'ont prêté le livre d'Emmanuel Carrère en me certifiant qu'il serait 100 fois mieux que le film... et ils avaient raison ! Amateurs d'histoires vécues et de chroniques judiciaires ? Ce livre est pour vous ! Rencontre avec l'Adversaire, menteur et assassin...


Alors que le film nous sert 80 minutes (approximativement, je n'ai pas regardé !) de solitude, de morosité et de mensonges pour finalement nous révéler l'horrible crime commis par ce père de famille taciturne, le livre prend quant à lui les choses à rebrousse poil. Et c'es autrement plus intéressant !

Emmanuel Carrère, journaliste de formation, puis romancier et biographe, a correspondu avec cet homme, l'a rencontré derrière les barreaux de sa prison, participé à son procès, s'est entretenu avec ses proches. C'est donc au procès de Jean-Claude Romand que nous assistons et comme tout le monde ce jour-là, le Juge, les jurés, la famille des victimes et celle de l'accusé, les proches, nous tentons de comprendre qui est Jean-Claude Romand, ce médecin réputé de l'OMS qui réussit à mentir sa vie durant sans éveiller le moindre soupçon auprès de son entourage. Le travail de l'auteur s'attache davantage à décortiquer la personnalité complexe de ce mythomane compulsif qu'aux actes odieux qu'il a commis puisque sur ce dernier point, il n'y a rien à ajouter. Le crime est atroce.

A travers ces pages, Emmanuel Carrère se livre un peu, sans cesse partagé entre l'envie d'écrire sur cette histoire folle, la compassion qu'il éprouve parfois pour cet homme, l'horreur et l'aversion qu'il ressent toutefois au regard des actes commis, la peine qu'il lit dans les regards de la partie civile, la culpabilité de braquer les projecteurs sur ce criminel... Plus qu'un livre, cet ouvrage fut sans doute une expérience personnelle particulièrement éprouvante pour Emmanuel Carrère.

A DECOUVRIR AUSSI :
*** La Princesse des glaces, de Läckberg
*** L'inconnue de la crique, de Grimes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

La marche à suivre pour poster votre commentaire :
1) Rédigez votre commentaire dans la zone de texte
2) Si vous n'avez pas de compte Google, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo grâce au menu déroulant "Commentaire" -> Nom/URL
3) En cliquant sur le lien "S'abonner par e-mail", vous serez prévenu(e) par mail en cas de réponse
4) Et enfin, publiez !

Le commentaire apparaîtra après modération.

Et surtout, MERCI pour votre visite !!!
A très bientôt !